Home » anime » Violet evergarden : la poupée de souvenirs automatiques

Violet evergarden : la poupée de souvenirs automatiques

La guerre, le sang et des combats épiques… Ce n’est pas du tout à ce à quoi il faut s’attendre dans Violet Evergarden, du moins pour la dernière partie ! L’animé sortie en janvier 2018 est adapté de light novels japonais évidemment créé par Kana Akatsuki et illustré par Akiko Akase. Très content d’avoir eu l’occasion de tout regarder, j’ai vite accroché à l’histoire tant par les personnages que par l’aspect visuel.

L’animé est composé de 14 épisodes diffusé sur la chaîne Netflix. C’est un Slice Of Life fantasy dans un style steampunk.

Synopsis de violet Evergarden

L’histoire nous place au milieu d’une guerre entre Leidenschaftreich (à vos souhaits) et l’Empire Gardarik où Violet, orpheline de guerre est « utilisée » par l’armée comme Enfant soldat. A la fin de cette guerre, elle sera recueillie par Claudia Hodgins un ancien commandant de l’armée qui l’embauchera dans son entreprise, la Compagnie des Postes CH qui fournit des services de poupées de souvenirs automatiques « Jidō shuki ningyō » (alors non, on parle pas des services de poupées comme à notre époque…).

L’animé va s’articuler autour de ce métier qui consiste à voyager (pour certaines poupées) à travers le pays afin d’écouter l’histoire de leurs clients, retranscrire et reformuler leurs sentiments dans une lettre afin de l’envoyer à leurs destinataires.

Dénuée de tout sentiment, elle apprendra au fil de ces voyages à comprendre les gens mais surtout à ce comprendre elle-même et mettre des mots sur ce qu’elle ressent. La guerre est finie oui mais il restera encore un peu de chemin avant que la paix soit totale…

Violet n’a qu’un objectif, découvrir la signification des quelques mots prononcés par son ancien commandant Gilbert pendant la guerre. Devenir une poupée de souvenirs automatiques sera le point de départ pour l’aider à avancer dans sa quête mais aussi le fil rouge de l’histoire.

Personnages dans Violet Evergarden

Violet Evergarden : C’est la protagoniste de l’histoire bien évidemment. C’est une jeune orpheline de 14 ans qui ne sait recevoir que des ordres. A la fin de la guerre, elle partira apprendre le métier de poupée de souvenirs automatiques et viendra en aide aux gens. Au niveau relationnel, on peut dire que c’est une personne apathique (comme on peut l’être en étant orphelin et après une guerre) mais qui prônera la paix plutôt que la violence à la fin de celle-ci. Ses compétences au combat sont exceptionnelles mais on aura très peu l’occasion de les admirer.

Gilbert Bougainvillea : c’est l’ancien commandant de l’armée Leidenschaftreich, Violet était sous son commandement et c’est bien le seul qui a toujours eu de la considération pour elle à l’époque.

Claudia Hodgins : bien qu’il s’appelle claudia, ce n’est pas une fille :’D, il faut le prononcer « Kuroudia » en japonais. C’est un très bon ami de gilbert, et c’est lui qui recueillera Violet pour lui permettre de devenir une poupée.

Bien évidemment elle est accompagnée au fil des épisodes par l’équipe de la Compagnie des Postes CH, Cattleyla Baudelaire, Benedict Blue, Erika Brown, Iris Cannary, Lux Sibyl.

Mon avis sur Violet Evergarden

Le contexte qui a l’air très compliqué au début est bien amené dans l’anime. A aucun moment on ne se sent perdu dans l’histoire, le contexte politique n’est pas trop « lourd » et on apprend de plus en plus de détail au cours des épisodes. Le fil conducteur de l’anime reste quand même la compréhension des quelques mots de Gilbert par Violet. La quasi totalité des épisodes représentent- une histoire différente et c’est ce qui rend cette oeuvre originale.

La transmission des sentiments, c’est un point fort de Violet Evergarden (l’animé en général pas le personnage). L’auteur saura à chaque fois trouver un scénario vraiment différent dans la vie de chaque personne que Violet rencontre. Attends-toi à des montées de larmes pour les plus sensibles (pas pour moi, je suis un bonhomme tavu). Touchant, ce serait le mot qui définirait le mieux l’animé. Empathie, colère et tristesse c’est exactement ce que veut nous transmettre l’auteur.

Je ne sais pas si l’anime aura le succès qu’il mérite, mais je pense qu’il va quand même en ravir plus d’un.

Pour ma part, son regard m’a beaucoup fait penser à Inori Yuzuriha de Guilty Crown. C’est aussi le côté apathique qui donne cette impression.

Tandis que son physique et son style vestimentaire m’a fait penser à Saber de Fate Stay Night. C’est sans doute le rappel des couleurs de leurs tenues mais aussi le visage.

Côté technique

Animé par Kyoto animation, studio qui s’est aussi occupé de l’animation de A silent voice, Clannad, Lucky star, Miss Kobayashi’s Dragon Maid… Il est connu pour ses adaptations de Light Novel. Le chara design est époustouflant, les couleurs sont savamment choisies surtout sur les décors et paysages semblent peints comme sur un tableau . C’est très beau et ajoute beaucoup à l’impression visuelle générale.


Images et fond d’écran Violet Evergarden

Opening Violet Evergarden

Ending Violet Evergarden

Check Also

Battle de Waifu : quelle est votre préférée ?

Ladies and gentlemen, nous sommes réunis en ce lieu (mon blog hein) pour une battle …

Udon No Kuni No Kiniro Kemari (Poco’s Udon World)

Fais une pause dans tes animes de baston ou gore et vient regarder Poco’s Udon …

One comment

  1. J’ai vu les 13 épisodes il y a quelques semaines… cet anime est trop beau <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.