Notre sélection de dagashi, ces confiseries japonaises bon marché

Si vous regardez régulièrement des animés japonais ou que vous lisez des mangas, il y a de fortes chances que vous soyez déjà tombé sur une référence aux “dagashi” que l’on peut décrire comme des friandises en tout genre ayant la particularité d’être peu onéreuses. C’est pourquoi d’ailleurs elles sont réservées aux enfants japonais qui en achètent après l’école dans une dagashi-ya (boutique spécialisée). Si le sujet vous intéresse, il existe le manga dagashi kashi qu’on vous recommande chaudement. Mais revenons à nos moutons en vous dressant notre sélection des meilleures friandises japonaises !

Les ramune, ces sucreries qui fondent dans la bouche

Il va falloir être vigilant ici : le terme japonais ramune désigne à la fois une boisson se rapprochant d’une limonade (ramune dérivant étymologiquement de l’anglais lemonade) et des bonbons qui sont le plus souvent arrondis. Ils peuvent avoir plusieurs parfums (fraise, citron, orange…) et ils ont notamment pour caractéristique de fondre tout de suite dans la bouche. En effet, ils sont fabriqués à partir d’une sorte de poudre qui s’effrite tout de suite au contact d’un liquide.

Dit comme cela, on n’a pas l’impression que c’est particulièrement savoureux, mais c’est plutôt trompeur : la sensation en bouche est unique et on aime particulièrement la petite sensation de fraîcheur lorsqu’ils fondent dans la bouche. C’est à tester au moins une fois dans sa vie, car il n’y a pas vraiment d’équivalent en France. Les fameux colliers Look-O-Look y ressemblent vaguement en apparence, mais cela n’a rien à voir au niveau de la sensation.

Les chokobô, ces bâtons de chocolat au maïs soufflé

Comme on vous l’a précisé en introduction, les dagashi renvoient à toutes sortes de friandises et des bonbons japonais. La preuve en est avec les chokobô, mot qui signifie littéralement “bâton au chocolat” (rien à voir avec les chocobos de Final Fantasy) et qui s’apparente à un long cylindre creux entouré d’une couche chocolat. Vu que la base est constituée de maïs soufflé, c’est très léger et on a vite fait de finir le paquet (généralement constitué de 10 ou 15 bâtons). C’est très difficile de s’arrêter et on peut les comparer à nos mikados, mais en beaucoup plus gros et savoureux.

Il ne faut pas les confondre avec les umaibô (littéralement “bâton savoureux”) qui ont la même forme, mais qui sont salés (goût salami, poulet, salade…). Ces derniers font un peu moins l’unanimité, mais tous les goûts sont dans la nature après tout !

Les Hi-chew, des carambars à la japonaise ?

Les Hi-chew (ou haichû) sont des bonbons que l’on mâche, mais qui ne sont pas des chewing-gums malgré leur nom qui peut prêter à la confusion. On peut les comparer à des carambars en un peu plus mous et moins collants surtout. Vous en trouverez au goût pomme, fraise, raisin ou encore citron pour les plus populaires. Ils sont très populaires au Japon et il est presque impossible de trouver une boutique qui n’en vend pas. C’est la base comme on dit et si vous voulez être certain de ne pas être déçu, commencer par des Hi-chew est certainement une bonne option.

Check Also

Comment s’y prendre pour manger japonais chez soi comme dans les animes ?

En regardant un anime japonais, vous avez sûrement déjà vu une scène où les personnages …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.